Archive par auteur

Surveiller son environnement

Les questions à se poser : quels types d’information je recherche pour ma stratégie d’entreprise ?

Les différents types de veille

- Veille de l’environnement stratégique : identifier les évolutions qui s’opèrent dans la société et qui risquent d’impacter l’activité économique de l’entreprise.

- Veille réglementaire / veille juridique : surveiller la législation et ses évolutions, et plus particulièrement la mise en place de nouvelles lois, de décrets qui impactent la vie de l’entreprise, les nouvelles réglementations et les nouvelles normes en France et à l’international.

- Veille technologique : surveiller les nouveaux produits à travers leurs techniques de fabrication, de production et leurs moyens de distribution (par exemple, les transferts de technologies, les dépôts de brevets, les travaux de recherche, la protection des marques, etc.).

- Veille marché : surveiller un marché (l’offre, la demande, la distribution, etc.). La veille marché est souvent liée aux lancements de nouveaux produits et à la détection de nouveaux marchés.

- Veille commerciale : répondre aux besoins des clients et créer de la demande, identifier de nouveaux prospects, optimiser ses achats (les délais, les prix), trouver une source d’approvisionnement en cas de défaut d’un fournisseur.

- Veille concurrentielle : surveiller les clients, les fournisseurs, les sous-traitants et les distributeurs des concurrents.

- Veille image : mesurer l’impact d’une campagne de communication, la satisfaction des clients et la notoriété d’une marque, d’un produit, d’un service ou encore d’une personnalité. Et surveiller son e-réputation en étant à l’écoute des actualités et des buzz qui peuvent affecter votre réputation.

Lauriane V.

Gestion de projet : les différentes méthodes Agiles

Suite au précédent article intitulé «Gestion de projet : application de la méthode Agile » paru sur le blog StratégiEntreprise, je vous propose une présentation des différentes méthodes Agiles :

  1. La méthode RAD

La méthode de développement rapide d’application (en anglais, Rapid Application Development) représente un cycle de développement court basé sur 4 phases, telles que le cadrage, le design, la construction et la finalisation réparties dans un délai de 90 jours à 120 jours. C’est la méthode la plus fiable, la moins risquée et la moins coûteuse.

  1. La méthode DSDM

La méthode DSDM (Dynamic Software Development Method) a été mise au point en s’appuyant sur la méthode RAD et propose une implication des utilisateurs, un développement itératif, une fréquence élevée de livraison, l’intégration des tests au sein de chaque étape, l’acceptation des produits livrés qui dépend directement de la satisfaction des besoins.

  1. La méthode RUP

La méthode RUP (Rational Unified Process) est une méthode qui spécifie la composition des équipes et le calendrier ainsi qu’un certain nombre de modèles de documents. Le principe est de parcourir un cycle de vie (l’inspection, l’élaboration, la construction et la transition) durant une itération. Chaque phase du cycle de vie est très détaillée.

  1. La méthode XP

La méthode XP (eXtreme Programming) permet de mener un projet en plaçant le client au cœur du processus de développement. L’objectif principal de cette méthode est de réduire les coûts du changement. Cette méthode se base sur des cycles très courts, d’une à deux semaines maximum, les livraisons de versions du projet interviennent très tôt et à une fréquence élevée afin de maximiser l’impact des retours utilisateurs. La méthode XP est souvent pratiquée conjointement avec la méthode Scrum.

  1. La méthode Scrum

La méthode Scrum est basée sur des pratiques de courtes réunions à chaque itération. Ces réunions ont pour objectifs d’améliorer la motivation des participants, de synchroniser les tâches, de trouver des solutions aux problèmes et d’accroître le partage des connaissances.

  1. La méthode ASD

La méthode ASD (Adaptive software development) se caractérise de la manière suivante : se focaliser sur l’objectif, se baser sur des composants, itérer et fixer des deadlines et accepter le changement.

   7. La méthode Crystal

La méthode Crystal est une méthode qui intègre des pratiques de multiples méthodes Agiles. Cette méthode se caractérise de la manière suivante : des livraisons fréquentes, des aménagements permanents, une collaboration étroite entre toutes les parties prenantes, une automatisation des tests, une gestion de configuration et des intégrations fréquentes et une réflexion constante.

Lauriane V.

StratégiEntreprise, un blog spécialisé en veille, marketing, communication et stratégie commerciale

Présentation du blog StratégiEntreprise

Gestion de projet : application de la méthode Agile

MeetingLa méthode Agile consiste à diviser un projet en différentes étapes appelées itérations.

Ces itérations sont réalisées sous formes de mini-projets définis avec le client. Les itérations déterminent les fonctionnalités qui seront développées selon leur ordre de priorité. Le chef de projet établit un macroplanning correspondant aux tâches à effectuer pour le développement de ces fonctionnalités.

 

Exemples :

Itérations 1  du 06/01/2014 au 20/01/2014 :

itération 1

 

Itérations 2 du 21/01/2014 au 04/02/2014 :

itération 2
Les avantages des itérations :

- l’utilisateur à la possibilité de clarifier ses exigences au fur et à mesure.

- le client a une meilleure visibilité sur l’avancement des travaux.

- les tests sont effectués en continu.

- les risques sont détectés plus tôt.

- la motivation de l’équipe est présente grâce à un objectif fixé.

- le projet peut être arrêté, s’il n’y a plus de budget.

 

Dans un prochain article, nous vous détaillerons les différentes variantes de méthodes Agiles.

Lauriane V.

1...4344454647...49

Courtageenassurance |
APPLB |
Woodfinaleff |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Malikchekaik
| Karki Anissa's Reporting
| Rducjouet